Examens

Examens

Après un examen clinique, le spécialiste formule des hypothèses diagnostiques, qui sont confirmées, infirmées et/ou enrichies par des examens instrumentaux.

Le médecin peut demander des examens anatomiques (qui permettent la visualisation de la pathologie) ou physiologiques (qui permettent d'enregistrer les anomalies dans le passage du flux électrique dans le système nerveux central et/ou périphérique).

 

Quels sont les examens anatomiques ?

rayons X

La radiographie est un test diagnostique qui est effectué grâce à l'utilisation de rayons X, qui passent dans une seule direction fournissant une image généralement frontale ou latérale du dos ou de la colonne vertébrale. Ils ont l'avantage de montrer la structure de la colonne vertébrale sous charge, debout.

Ils peuvent être standards (immobiles) ou dynamiques (en flexion, extension, etc.). Ces derniers renseignent sur la mobilité des différents segments de la colonne vertébrale.

C'est un examen qui dure quelques instants.

Radiographies dynamiques de la colonne cervicale

 

TAC

La tomodensitométrie est une technique de diagnostic qui vous permet d'examiner le corps par des images à travers des faisceaux de rayons X dans la zone touchée; les images qui émergent sont ré-élaborées par un ordinateur, qui les reconstitue en trois dimensions.

Parfois, cela peut être fait grâce à l'utilisation d'un agent de contraste (iode) qui est injecté par voie intraveineuse.

Pour effectuer l'examen, le patient doit s'allonger sur un lit qui coulisse à l'intérieur de la machine, et doit rester immobile pendant la durée de l'examen, qui est généralement de quelques minutes.

 

Résonance magnétique

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique de diagnostic qui fournit des images du corps humain à l'aide de champs magnétiques, sans exposer le patient aux rayonnements ionisants.

Parfois, cela peut être fait grâce à l'utilisation d'un agent de contraste (Gadolinium) qui est injecté par voie intraveineuse.

Pour effectuer l'examen, le patient doit s'allonger sur un lit qui coulisse à l'intérieur de la machine et doit rester immobile pendant toute la durée de l'examen. La durée de l'examen est en moyenne de 40 minutes.

C'est un examen indolore et les seuls désagréments qu'il peut occasionner proviennent de la sensation de claustrophobie et du bruit fort provoqué par la machine.

Les patients porteurs de stimulateurs cardiaques ou de neurostimulateurs, ou ceux qui ont des corps étrangers métalliques à l'intérieur de leur corps, ne peuvent pas effectuer le test.

Depuis quelques années, il existe une résonance magnétique dynamique qui permet de voir la colonne vertébrale dans ses conditions physiologiques (debout ou en mouvement) afin de reproduire les positions douloureuses, en identifiant d'éventuelles pathologies non mises en évidence par les examens traditionnels.

Résonance magnétique dynamique (Centre Médical Primus de Forli)

 

Quels sont les tests physiologiques ?

Électroencéphalogramme (EEG)

Grâce à l'électroencéphalogramme (EEG), l'activité électrique du cerveau est enregistrée par des électrodes externes ; cet enregistrement est représenté par une série d'ondes reproduites sur un écran et imprimées sur papier ou transférées sur un support électronique.

L'électroencéphalogramme standard dure environ 20 minutes tandis que l'EEG dynamique (Holter) enregistre l'activité électrique du cerveau pendant 24 heures. Dans le domaine de la neurochirurgie, cet examen est très utile pour la détection et le contrôle de l'épilepsie ou la suspicion de crises d'épilepsie. C'est un examen absolument indolore. Elle est généralement interprétée par un médecin neurologue alors qu'elle est réalisée par un technicien.

Cette technique est souvent utilisée lors de chirurgies cérébrales afin de surveiller en direct les fonctions électriques du cerveau.

 

Électromyogramme (EMG)

L'électromyographie (EMG) est un examen qui permet l'étude des nerfs et des muscles des membres supérieurs et inférieurs grâce à l'utilisation d'électrodes qui enregistrent et transfèrent l'activité musculaire et nerveuse sur un graphique. L'EMG étudie le système nerveux périphérique. Elle est interprétée par un neurologue et dure généralement entre 30 et 60 min.

Dans le domaine de la neurochirurgie, cet examen est particulièrement utile pour le diagnostic des radiculopathies (sciatique, cruralgie, cervicobrachialgie) ((Mettre liens vers ces pathologies)) ou du syndrome du canal carpien. Elle permet d'orienter le diagnostic vers une racine cervicale ou lombaire notamment. Les stimuli électriques peuvent créer un léger inconfort.

Cette technique est souvent utilisée lors d'interventions chirurgicales sur les nerfs périphériques pour surveiller les fonctions électriques de ces nerfs.

 

Potentiels évoqués (PEM, PESS, PEV, PEA, etc.)

Les potentiels évoqués sont des tests qui permettent d'étudier le passage de l'influence nerveuse entre le système nerveux central et le système nerveux périphérique (les membres, les yeux, les oreilles...) dans un sens ou dans l'autre, grâce à l'utilisation d'électrodes qui enregistrent et transférer l'activité musculaire et nerveuse sur un graphique.

Les Potentiels Evoqués Moteurs (PEM) étudient la voie entre un stimulus sur le cortex cérébral moteur et les muscles des membres, via la moelle épinière.

Les potentiels évoqués somato-sensoriels (SSPE) étudient les voies nerveuses entre un stimulus périphérique (sur les membres) et la réponse sur le cortex cérébral, via la moelle épinière.

Les potentiels évoqués visuels (PEV) étudient les voies entre le cortex visuel occipital (arrière du cerveau) via le nerf optique qui est stimulé par des impulsions visuelles via un écran.

Les potentiels évoqués acoustiques (PEA) étudient les voies auditives entre le cerveau et les stimuli auditifs externes.

Ces techniques sont souvent utilisées lors d'interventions chirurgicales, notamment sur la moelle épinière, afin de surveiller les fonctions électriques entre le cerveau et les 4 membres.

 

Examen de la vue (champ de vision)

Le champ visuel permet de représenter sur une grille la portion d'espace que le patient peut voir en regardant vers l'avant, ainsi que de quantifier et évaluer la sensibilité de la rétine.

C'est un test qui se fait dans l'obscurité, en se concentrant sur un œil à la fois. Comme dans de nombreux examens de la vue, le patient doit reposer son menton et son front sur un support, et doit regarder un point fixe, une sorte de dôme dans lequel circulent des stimuli lumineux d'intensité variable. Le patient doit appuyer sur un bouton lorsqu'il peut percevoir le stimulus lumineux.

Dans le domaine de la neurochirurgie, cet examen est utile pour la détection et le contrôle des altérations du champ visuel dues à des lésions sur le trajet des voies visuelles (nerfs optiques, chiasma optique, fibres cérébrales) telles que adénome de l'hypophyse.

C'est un examen indolore qui dure quelques minutes.

 

Quels tests effectuer avant la visite neurochirurgicale ?

Il est conseillé d'effectuer un minimum de tests de diagnostic déjà avant la visite chez le spécialiste, afin de guider le spécialiste dans le bon diagnostic et/ou traitement. Ces examens doivent être les plus récents possible et le patient doit les porter avec lui à chaque visite.

EnglishFrenchItalian