Traitements

Concernant le district cérébral et crânien

Le neurochirurgien suggère généralement une intervention chaque fois qu'il y a une altération d'un ou plusieurs fonctions neurologiques (faiblesse ou paralysie des membres, difficulté à marcher, à parler, à voir, troubles cognitifs...), ou dans le cas d'un risque existant d'altération future, voire d'un risque vital.

Généralement, les lésions intracrâniennes, qu'elles soient bénignes ou malignes, sont enlevées par une opération de craniotomie avec procédure microchirurgicale (à l'aide d'un microscope opératoire).

Lorsqu'il s'agit de l'excision d'un adénome hypophysaire, un technique mini-invasive di endoscopie transnasale (accessible à l'intérieur du crâne avec une caméra par le nez). Les maladies du liquide céphalo-rachidien (hydrocéphalie obstructive, kystes colloïdes ou arachnoïdiens...) peuvent également être traitées avec un intervention endoscopique à l'intérieur des cavités ventriculaires.

 

Concernant les pathologies du dos

En dehors des rares cas de instabilité ou compression structures neurologiques aiguës (traumatologie, tumeurs, hernie discale volumineuse...) le neurochirurgien évalue avec le patient une éventuelle solution chirurgicale. En effet, dans la grande majorité des cas, s'ils sont symptomatiques, les troubles rachidiens entraînent des douleurs au niveau du dos et/ou des membres.

La chirurgie peut être utile en cas de qualité de vie altérée, en raison de peines ou à un paralysie. En l'absence de paralysie, il est important d'essayer un premier traitement médical douleur, éventuellement associée à une rééducation en physiothérapie.

Étant donné que 80% des douleurs dues à des pathologies telles que les hernies discales (cervicales ou lombaires) peuvent se résorber spontanément ou à l'aide d'un traitement adapté, souvent le neurochirurgien juge utile d'attendre 1 ou 2 mois après l'apparition des symptômes pour proposer une intervention. Évidemment, ce timing (basé sur les statistiques des publications scientifiques) doit être adapté individuellement. En cas de paralysie, douleur insupportable malgré un soulagement de la douleur ou compression sévère de la moelle épinière (compression de la moelle épinière) ou tous les nerfs du canal lombaire (syndrome de la queue de cheval), la solution chirurgicale peut devenir urgente.

Les traitements vont de microdiscectomie (excision d'une hernie discale) e laminectomies (élargissement du canal rachidien) aux procédures de arthrodèse (fixation et stabilisation des vertèbres) e cimentoplastie (injection de ciment dans une vertèbre).

Crâne

Les types d'abord chirurgical du crâne sont généralement réalisés en microchirurgie. Les techniques mini-invasives utilisent l'endoscope pour la chirurgie transnasale de l'hypophyse ou pour la chirurgie endoventriculaire.

Colonne vertébrale

En ce qui concerne la chirurgie du rachis, des techniques sont pratiquées allant de la microdiscectomie à l'arthrodèse ou à l'atroplastie, en passant par les techniques percutanées, vertébroplastie ou cimentoplastie.

Pédiatrie

Cette rubrique est actuellement en cours de développement.

La neurochirurgie pédiatrique traite les pathologies suivantes :

EnglishFrenchItalian